Burkina Faso Unité - Progrès - Justice

Commission des Affaires Sociales et du Développement Durable (CASDD)  >>   Commissions générales  >>   Activités

Politiques publiques : les députés renforcent leurs capacités

Sur initiative de la commission des affaires sociales et du développement durable (CASDD) du Conseil national de la transition, des députés ont été outillés sur le protocole de Nagoya et sur les politiques publiques. Les 10 et 11 septembre 2015 à Koudougou, deux ateliers conjoints ont regroupé les députés membres de la CASDD et plusieurs conférenciers dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’emploi, de l’agriculture, de l’environnement, de l’habitat et le foncier au Burkina Faso.

La cérémonie d’ouverture des ateliers à Koudougou a enregistré les discours de Assogba Somda président de la CASDD et de Ag Litni Mohamed, représentant du ministre de l’environnement et des ressources halieutiques. La première communication a été assurée par Pierre Kafando, Point focal national Protocole de Nagoya sur l’Accès et Partage des Avantages (APA).

Le secrétariat permanent du conseil national pour l’environnement et le développement durable (CONEDD) a ainsi entretenu les députés sur le protocole de Nagoya au Japon sur l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation. De l’avis du conférencier le protocole de Nagoya vise à encourager le renforcement des capacités en transférant technologies, savoirs et compétences ; à améliorer le développement social ; à garantir la responsabilité et la bonne gouvernance à tous les niveaux ; et à générer des bénéfices destinés à la réduction de la pauvreté et à la conservation de la nature. Pierre Kafando a indiqué que ledit protocole prend en compte le consentement préalable donné en connaissance de cause et les conditions convenues d’un commun accord.

Au terme de son exposé, le conférencier à inviter les parties prenantes à la gestion et à l’utilisation durable de la diversité biologique, à veiller à l’application strictes des dispositions du Protocole de Nagoya afin d’en tirer le maximum de profits pour les communautés locales.
Les députés ont fait des observations et ont posé des questions d’éclaircissement auxquelles le conférencier a donné des réponses.
Le deuxième atelier a porté sur les politiques publiques et les politiques sectorielles. La problématique des politiques publiques a été présentée aux députés de la transition par le conférencier Thomas R. Ouédraogo. Il a présenté la typologie des politiques publiques, les acteurs dans l’analyse des politiques publiques et la notion d’agenda politique. Les enjeux et les défis Des politiques publiques de l’éducation, de l’agriculture, de l’environnement, de la santé, et celles en matière de l’habitat et du foncier ont été examinées par d’autres conférenciers. La politique nationale de santé a été présentée par Sylvain Dipama directeur général des études et des statistiques sectorielles du ministère de la santé. Le conférencier Bagnikoué David Bazongo a entretenu les députés sur le plan de développement stratégique de l’éducation de base au Burkina Faso. Le directeur général des études et des statistiques sectorielles du ministère des enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique, Francis Paul Ouattara a présenté la politique sous sectorielle des enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique, 2010-2025.

Les différents panels ont permis aux députés de la commission d’émettre des avis pertinents sur les politiques publiques en rapport avec les domaines de l’agriculture, de l’environnement, de l’éducation de la santé, de l’habitat et le foncier.
Au terme de deux jours d’échanges à Koudougou, l’analyse et la bonne compréhension des politiques publiques devront permettre aux députés de la transition d’interpeller utilement le gouvernement à la satisfaction des besoins des populations.